J'ai besoin...


 

   J'ai besoin d'optimisme. Besoin d'air, d'espoir, d'une lueur. Besoin d'y croire. Alors je me suis posée cette question : pourquoi est-ce que j'aime la vie ? Parce que cette question, c'est l'une de celles que je me pose rarement. Tout simplement parce que c'est une évidence.

   Je me suis donc posée cette question, et les réponses qui me sont venues étaient des détails, le genre de jeu auquel on se livre souvent sur les fiches de présentation : j'aime (courir dans l'herbe mouillée, plonger un croissant chaud dans une tasse de chocolat fumante, déposer des baisers doux dans ce cou, mais...) / j'aime pas (ne plus pouvoir embrasser ce cou, les cons, les imbéciles, les célibataires qui haïssent les couples et les couples qui ignorent les célibataires...). Mais ceci, ce n'était pas vraiment répondre à pourquoi j'aimais la vie. Ca ne faisait que dire ce que j'aimais vivre ou non. Version bateau, qui plus est. Alors je me suis posée la question un peu plus sérieusement. Oh, pas trop tout de même hein...

   J'aime la vie parce que j'aime les parents qui me l'ont donnée. Je profite de cette vie, parce que je veux leur donner raison de m'avoir donné le jour. J'aime la vie parce que j'ai la chance inouïe d'avoir tous les atouts pour en faire quelque chose d'heureux. J'aime la vie parce que j'aime ressentir les choses, par tous mes sens, par la pensée, par le vécu. Et lorsque j'arrive à écrire la vie, toutes ces choses qui affluent et que je ressens à fleur de peau, je me sens en phase avec tout ça. J'aime regarder la vie, les gens vivre, chacun à son rythme. Par dessus tout, j'aime l'idée d'aimer la vie.

   Voilà. Il y a tous ces gens qui aiment vivre sans jamais se dire qu'ils aiment la vie. Il y a les autres qui l'aiment et le crient sans cesse, à tel point qu'ils ne la vivent plus que pour l'aimer à défaut de l'aimer parce qu'ils la vivent. Et puis il y a ceux qui, de petits bonheurs en immenses sourires, regardent droit dans les yeux ce qu'il y a de beau autour d'eux, comme ce qu'il y a de moins beau. Il y a ces gens optimistes, certains n'ont rien et d'autres ont tout, mais il ont un point commun : d'un tout petit rien font un ruisseau de joie, une rivière où jouer, un fleuve de jouissance, un océan d'amour. Il y a aussi ceux qui passent leur vie à ronchonner, à se perdre en digressions critiques, à oublier l'essentiel, sans comprendre la chance qu'ils ont. Pour finir, il y a ceux qui ne veulent pas, ne peuvent pas l'aimer cette vie.

Et vous ?


Anonyme


 

Page d'accueil

 

Page 1     Le chemin de la vie #1   André A. Bernier

Page 2     
Le chemin de la vie #2   André A. Bernier

Page 3     
Le chemin de la vie #3   André A. Bernier

Page 4     
Le chemin de la vie #4   André A. Bernier

Page 5     
Le chemin de la vie #5   André A. Bernier

Page 6     
Le chemin de la vie #6   André A. Bernier

Page 7     
Le Tricot - Leçon de vie   Doris Lussier

Page 8     
Quelques textes de Joseph Murphy   Joseph Murphy

Page 9     
Est-ce que l'amour existe ?   Jaqueline Aubry

Page 10   
Quelques textes d'O. M. A.   Omraam Mikhaël Aïvanhov  

Page 11   
Comment va la vie ?   OCDE

Page 12   
J'ai besoin...   Anonyme

 

 


 



 12 
 



Créer un site
Créer un site